<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://px.ads.linkedin.com/collect/?pid=1663114&amp;fmt=gif">

FAQ pour les talents pendant la pandémie de COVID-19

Mise à jour : Le 31 mars 2020

La situation liée à la COVID-19 évoluant rapidement, Procom mettra régulièrement à jour cette FAQ afin de vous transmettre les plus récentes informations.

> Procom est-elle encore ouverte?

Absolument. Tout notre personnel est opérationnel en télétravail et prêt à trouver votre prochain emploi pendant cette période difficile. 

> Y a-t-il encore des offres d’emploi?

Oui, nos clients continuent d’embaucher, même si nous avons constaté une baisse marquée dans certains secteurs.

Le processus d’embauche a aussi légèrement changé. Nous ne faisons plus d’entrevues en personne. La visioconférence est désormais la nouvelle norme et nos équipes de recrutement continuent d’embaucher des candidats qualifiés.

Si vous avez des questions concernant vos candidatures, veuillez communiquer avec votre représentant du service à la clientèle de Procom.

> Dois-je m’attendre à une interruption de salaire?

Du côté du bureau administratif chargé de l’effectif occasionnel, notre équipe est à pied d’œuvre et gère activement le paiement des heures et le remboursement des frais. Nous n’avons constaté aucune interruption dans nos principales pratiques de paiement et n’en prévoyons aucune.

Nous avons toutefois établi un risque possible concernant les paiements par chèque, lesquels seront plus difficiles à distribuer ou à récupérer dans un contexte de télétravail généralisé.

Dans les rares cas où les chèques sont encore utilisés, nous proposons aux employeurs de les accompagner dans leur transition vers le TEF.

> Je ne sais pas si j’ai un simple rhume ou les symptômes de la COVID-19. Que dois-je surveiller?

Si vous présentez un quelconque symptôme, restez à la maison et placez-vous en isolement volontaire pendant 14 jours. Si vous êtes malade ou pensez le devenir, communiquez avec votre représentant du service à la clientèle de Procom et (ou) votre supérieur hiérarchique au travail, afin de signaler votre absence et de discuter des prochaines étapes.

Les symptômes à surveiller sont : fièvre, mal de gorge, toux, essoufflement et (ou) difficulté à respirer, vomissements, forts maux de tête, diarrhée et douleur à l’oreille.

> Je pense avoir été exposé à la COVID-19. Que dois-je faire?

Si vous pensez avoir été exposé à la COVID-19, ne vous autodiagnostiquez pas. Les symptômes sont variables d’une personne à une autre. Certaines présentent tous les symptômes, d’autres, quelques-uns seulement, et d’autres enfin, aucun symptôme. Si vous pensez avoir été en contact avec la COVID-19, vous devez :

  • appeler immédiatement les autorités sanitaires de votre province ou de votre État, chacune ayant son propre numéro d’assistance;
  • rester chez vous, en isolement volontaire; ne pas aller au travail jusqu’à ce que vous ayez reçu un diagnostic valable et obtenu l’autorisation de votre médecin;
  • suivre le protocole de signalement des absences de votre employeur et communiquer votre absence à votre représentant du service à la clientèle de Procom ainsi qu’à votre supérieur hiérarchique au travail.

> Que faire si moi-même ou un membre de ma famille immédiate/colocataire contractons la COVID-19 et que je ne peux pas travailler depuis mon lieu de travail ou depuis mon domicile?

Au Canada, si vous ne pouvez pas travailler parce que vous-même ou un membre de votre foyer avez contracté la COVID-19, vous avez le droit à un congé non payé avec protection de votre emploi en vertu de la législation provinciale et fédérale sur les normes d’emploi en vigueur (p. ex., congé de maladie statutaire, congé pour raisons médicales, congé pour obligations/responsabilités familiales).

Si vous demandez un congé sans solde (sous réserve de satisfaire aux critères de ce congé), votre employeur doit accéder à votre demande et ne peut pas vous licencier ni vous mettre à pied pendant ce congé.

Vos droits dépendent des normes d’emploi provinciales et fédérales en vigueur, voire de la politique de votre entreprise en matière de congé de maladie. Dans ce cas, il est préférable de communiquer avec votre représentant du service à la clientèle de Procom pour obtenir des précisions et une assistance durant ce processus.

Aux États-Unis, en vertu de la Families First Coronavirus Response Act du département du Travail, certains employeurs doivent accorder à leurs employés un congé de maladie payé ou un congé élargi pour raisons médicales et obligations familiales liées à la COVID-19.

La Division des salaires et des heures du département du Travail des États-Unis régit et fait appliquer les dispositions de la nouvelle loi sur les congés rémunérés. Ces dispositions s’appliqueront du 1er avril au 31 décembre 2020.

De manière générale, si vous travaillez pour le gouvernement ou pour une entreprise de moins de 500 employés :

  • deux semaines (à concurrence de 80 heures) de congé de maladie payé au taux habituel de rémunération de l’employé si celui-ci est incapable de travailler parce qu’il a été mis en quarantaine (par décret local, étatique ou fédéral ou sur recommandation d’un professionnel de la santé) et (ou) qu’il éprouve les symptômes de la COVID-19 et a demandé un diagnostic médical; ou
  • deux semaines (à concurrence de 80 heures) de congé de maladie payé aux deux tiers de la rémunération habituelle de l’employé si celui-ci est incapable de travailler parce qu’il doit, de bonne foi, s’occuper d’une personne en quarantaine (par décret local, étatique ou fédéral ou sur recommandation d’un professionnel de la santé), ou garder un enfant (de moins de 18 ans) en raison de la fermeture de son école ou de sa
  • garderie à cause de la COVID-19, et (ou) si l’employé vit une situation sensiblement identique à celle décrite par le secrétaire à la Santé et aux Services sociaux, en consultation avec les secrétaires au Trésor et au Travail. 

Un employeur couvert doit fournir aux employés qui sont à son service depuis au moins 30 jours :

  • jusqu’à 10 semaines supplémentaires de congé élargi pour raisons médicales et obligations familiales, payé aux deux tiers de la rémunération habituelle de l’employé lorsque celui-ci est dans l’impossibilité de travailler parce qu’il doit, de bonne foi, s’occuper d’un enfant en raison de la fermeture de son école ou de sa garderie à cause de la COVID-19.

> Que faire si je travaille pour une organisation non gouvernementale ou une entreprise de moins de 500 employés établie aux États-Unis?

Les dispositions de la Families First Coronavirus Response Act (FFCRA) relatives au congé de maladie payé et au congé élargi pour raisons médicales et obligations familiales s’appliquent à certains employeurs du secteur public et aux employeurs du secteur privé de moins de 500 employés.

La plupart des employés du gouvernement fédéral sont couverts par le titre II de la Family and Medical Leave Act, lequel n’a pas été modifié par cette Loi, et ne sont donc pas visés par les dispositions de la FFCRA relatives au congé élargi pour raisons médicales et obligations familiales.

Cependant, les fonctionnaires fédéraux couverts par le titre II de la Family and Medical Leave Act sont visés par la disposition relative au congé de maladie payé.

Les petites entreprises de moins de 50 employés ont le droit de refuser d’accorder un congé en raison de la fermeture des écoles et des garderies si ce congé met en péril la viabilité de l’entreprise selon le principe de continuité d’exploitation.

Si vous hésitez encore quant à vos options, veuillez communiquer avec représentant du service à la clientèle de Procom, lequel vous aidera à déterminer la meilleure ligne de conduite à adopter.

> Mon lieu de travail est temporairement fermé. Que dois-je faire et serai-je payé?

Si vous êtes au Canada, communiquez avec votre représentant du service à la clientèle de Procom pour discuter des modalités de cette fermeture, notamment la durée prévue. Vous devriez aussi consulter le site Web du gouvernement du Canada pour savoir comment présenter une demande de prestations d’assurance-emploi dès que vous ne travaillerez plus et avant de recevoir votre relevé d’emploi.

Si vous êtes aux États-Unis, la loi fédérale offre beaucoup de souplesse aux États, lesquels sont autorisés à modifier leurs lois et à accorder des prestations d’assurance-emploi dans plusieurs scénarios liés à la COVID-19.

Si vous êtes dans cette situation, Procom mettra tout en œuvre pour vous aider à trouver une autre affectation correspondant à vos qualifications et à vos compétences pendant la fermeture temporaire de votre lieu de travail.

> Vais-je recevoir un soutien au revenu du gouvernement si mon employeur ferme ses portes ou si je me retrouve en quarantaine?

Oui. Il existe des programmes d’aide financière pour ceux qui ne peuvent pas travailler en raison de la COVID-19.

Au Canada, des mesures ont été prises dans le cadre de la Prestation canadienne d’urgence.

Le gouvernement du Canada a supprimé le délai de carence d’une semaine pour les personnes qui ne peuvent pas travailler et qui font une demande de prestations de maladie de l’assurance-emploi.

Les travailleurs n’ont pas besoin de présenter un certificat médical pour prétendre aux prestations de maladie de l’assurance-emploi.

À compter d’avril 2020, le gouvernement du Canada met en place la Prestation canadienne d’urgence qui fournit un avantage imposable de 2 000 $ par mois pendant un maximum de 4 mois :

  • aux travailleurs qui doivent cesser de travailler en raison de la COVID-19 et qui n’ont pas accès à des congés payés ou à d’autres soutiens du revenu;
  • aux travailleurs malades, en quarantaine ou qui prennent soin d’une personne malade de la COVID-19;
  • aux parents travailleurs qui doivent rester à la maison sans salaire pour s’occuper d’enfants malades ou qui ont besoin d’une attention particulière en raison de la fermeture des écoles et des garderies;
  • aux travailleurs toujours en emploi, mais qui ne reçoivent pas de salaire parce que la charge de travail n’est pas suffisante et que leur employeur leur a demandé de ne plus se présenter;
  • aux salariés et travailleurs autonomes, y compris les travailleurs contractuels, qui ne seraient autrement pas admissibles à l’assurance-emploi.

Aux États-Unis, la loi fédérale autorise les États à verser des prestations quand :

  • un employeur cesse temporairement ses activités en raison de la COVID-19, empêchant les employés de se présenter au travail;
  • une personne est en quarantaine et qu’elle est censée retourner au travail une fois la quarantaine terminée;
  • une personne quitte son emploi en raison d’un risque d’exposition ou d’infection, ou pour prendre soin d’un membre de sa famille.

De plus, la loi fédérale n’exige pas d’un employé qu’il démissionne pour lui accorder les prestations liées à la COVID-19.

> Mon revenu a baissé en raison de la COVID-19. Je risque de ne pas pouvoir payer mon hypothèque/loyer. Quelles sont les autres aides offertes par le gouvernement?

Le gouvernement canadien a annoncé la mise en place de plusieurs programmes d’aide. Notamment :

  • le report des remboursements de prêts hypothécaires pour propriétaires-occupants assurés par la CMHC;
  • la mise en œuvre du Travail partagé, un programme d’assurance-emploi qui fournit des prestations aux travailleurs qui acceptent de réduire leurs heures normales de travail;
  • un versement unique supplémentaire d’ici mai 2020 au titre du du crédit pour la TPS;
  • une augmentation du montant maximal annuel de l’Allocation canadienne pour enfants (ACE);
  • le report de la date de production des déclarations de revenus au 1er juin 2020.

Le gouvernement américain a annoncé la mise en place de plusieurs programmes d’aide. Notamment :

  • L’Internal Revenue Service (IRS) reporte la production des déclarations d’impôt fédérales jusqu’au 15 juillet.
    Le département du Logement et du Développement urbain (HUD) suspend les expulsions et les saisies pendant 60 jours. Le moratoire ne vise que les propriétaires ayant contracté des prêts hypothécaires assurés par la Federal Housing Administration (FHA), une branche du HUD qui assure les prêts accordés par des prêteurs approuvés par ses soins. Le moratoire ne couvre que les prêts hypothécaires assurés par la FHA pour des maisons unifamiliales. Le décret non seulement empêche toute nouvelle saisie possible, mais également suspend toute saisie en cours.
  • La Federal Housing Finance Agency (FHFA), qui supervise Fannie Mae, Freddie Mac et les Federal Home Loan Banks, accorde un délai de grâce pouvant aller jusqu’à un an aux emprunteurs en proie à des difficultés financières liées à la COVID-19.
  • Freddie Mac a mis en place un programme d’allégement destiné aux propriétaires de maisons multifamiliales ayant contracté l’un de ses prêts hypothécaires entièrement productifs. Le programme autorise les propriétaires à repousser le remboursement de leur prêt de 90 jours en raison de difficultés financières liées à la COVID-19. En contrepartie, les propriétaires s’engagent à ne pas expulser de locataires pour cause de non-paiement de loyer pendant la période de grâce.
Bien que certains États suspendent les expulsions et les saisies, le remboursement des prêts hypothécaires et le paiement des loyers restent obligatoires. Les représentants de plusieurs États ont affirmé que ces mesures fluctuaient constamment et feraient l’objet de changements. 

> Comment puis-je me protéger de la COVID-19 au travail ou à la maison?

Il n’existe actuellement aucun vaccin contre la COVID-19. La façon la plus efficace d’éviter de contracter la COVID-19 et d’aplatir la courbe est de vous laver souvent les mains en suivant la technique des 20 secondes et de pratiquer l’éloignement social. Vous devez absolument utiliser un désinfectant pour les mains à base d’alcool et écouter les professionnels de la santé.

Pensez à nettoyer régulièrement les surfaces et les appareils que vous touchez souvent.

> Je rentre de voyage ou je prévois voyager. Dois-je en informer mon employeur?

Oui! Si vous avez voyagé à l’extérieur du Canada ou des États-Unis au cours des 14 derniers jours, il est important que vous en informiez votre représentant du service à la clientèle de Procom et votre supérieur hiérarchique au travail.

Vous devrez indiquer :

si vous, ou un membre de votre famille, avez voyagé hors du Canada ou des États-Unis;
si vous avez été en contact avec une personne diagnostiquée de la COVID-19;
si vous avez été en contact avec une personne qui a été mise en quarantaine ou qui se trouve actuellement en quarantaine.
Depuis le 27 mars 2020, toute personne entrant au Canada doit s’isoler volontairement pendant 14 jours.

> Quelqu’un au travail a reçu un diagnostic de COVID-19. Peut-on m’obliger à aller au travail?

Si vous ne vous sentez pas en sécurité au travail, communiquez sans délai avec votre représentant du service à la clientèle de Procom afin que nous puissions évaluer la situation et déterminer la voie à suivre.

La Loi sur la santé et la sécurité au travail donne le droit au travailleur de refuser d’exécuter un travail si les conditions « sont susceptibles » de l’exposer à un danger pour sa santé ou sa sécurité, ce qui inclut l’exposition à la COVID-19. Dans ce cas, le refus déclenchera immédiatement l’ouverture d’une enquête.

Une personne peut déposer un refus de travail sur la base des motifs suivants :

  • un cas présumé ou confirmé de COVID-19 au travail;
  • un cas confirmé de COVID-19 dans la famille immédiate de la personne ou ayant été en contact étroit avec la personne;
  • un risque d’exposition à la COVID-19 lié aux travailleurs contractuels ou aux clients;
  • des craintes quant à la sécurité d’autres travailleurs particulièrement vulnérables (plus de 65 ans, système immunitaire fragile, problème médical antérieur);
  • la crainte d’une exposition à la COVID-19 lors d’un voyage ou en milieu de travail. 
La situation liée à la COVID-19 évolue rapidement et nous comprenons vos préoccupations. Nous vous encourageons à communiquer avec votre représentant du service à la clientèle de Procom pour discuter de vos options.

> J’ai reçu un diagnostic de COVID-19. Que dois-je faire?

Les personnes diagnostiquées de la COVID-19 doivent rester en isolement volontaire (en quarantaine) pendant au moins 14 jours. Passé ce délai, les critères de retour au travail peuvent varier selon votre employeur et votre contrat. Certaines personnes doivent présenter un certificat médical avant de pouvoir retourner au travail.

Lorsque vous serez prêt à reprendre, veuillez communiquer avec votre représentant du service à la clientèle de Procom pour savoir si vous devez présenter un justificatif et sous quelle forme, le cas échéant.

> Si je tousse au travail, mais que je me sens bien, mon employeur a-t-il le droit de me renvoyer chez moi s’il pense que je suis atteint de la COVID-19?

Oui. En vertu de la législation sur la santé et la sécurité au travail en vigueur dans la plupart des provinces et des États, un employeur a le droit (et l’obligation) de renvoyer chez lui un travailleur qui présente un symptôme de la COVID-19. L’employeur a aussi le droit de renvoyer une personne chez elle, si :

  • elle a été en contact avec quelqu’un ayant été diagnostiqué de la COVID-19;
  • elle a été placée en quarantaine;
  • elle a voyagé dans des régions où des foyers ont été déclarés.

Si votre employeur vous renvoie chez vous en raison de votre exposition présumée à la COVID-19, veuillez communiquer sur-le-champ avec votre représentant du service à la clientèle de Procom pour discuter de la situation et savoir, si vous ne travaillez pas, si vous avez droit aux prestations d’assurance-emploi.

> Mon lieu de travail est ouvert, mais j’ai peur de me contaminer et de contaminer les autres en y allant. Que puis-je faire?

En cas d’inquiétude, communiquez immédiatement avec votre représentant du service à la clientèle de Procom. Nous comprenons vos craintes concernant la COVID-19 en milieu de travail. Nous discuterons de vos options avec vous et sachez que votre santé et votre sécurité sont notre priorité absolue.

> Puis-je faire du télétravail?

Des modalités de télétravail sont possibles, au cas par cas. L’autorisation de travailler depuis votre domicile dépendra de votre employeur, de vos fonctions, de vos besoins technologiques et d’autres facteurs propres à votre poste. Communiquez avec votre représentant au service à la clientèle de Procom pour savoir si le télétravail est envisageable dans votre situation.

> Où puis-je trouver de plus amples renseignements sur la COVID-19?

Les gouvernements canadiens et américains, ainsi que les autorités sanitaires, sont vos meilleures sources d’information. Procom s’engage toutefois à vous tenir informé des dernières nouvelles dès leur publication.